Placeholder image
Placeholder imagePlaceholder image
Placeholder image
Placeholder image

Le peigne d'Almain

Quel rapport entre le cabinet et le peigne d'Almain ?

Aucun !

Rabelais disait de Gargantua qu'il se coiffait du "peigne d'Almain", c'est à dire des "quatre doigts et du pouce".

Ce trait d'humour était une pique à l'encontre de Jacques Almain, théologien célèbre de l'époque. Il fut aussi procureur de la Nation de France.

Placeholder image

La statue disparue de Chappe

Le cabinet se trouve au croisement des boulevards Saint-Germain, Raspail et de la rue du Bac. Entre 1893 et 1942, ce carrefour était dominé par une imposante statue en bronze représentant Claude Chappe et son télégraphe aérien, comme en témoignent quelques cartes postales d'avant-guerre. Cette statue, fondue pendant la seconde guerre mondiale, n'a jamais été remplacée.

Placeholder image

Du Pont Royal à Almain, promenade par la rue du Bac

Au milieu du 16ème siècle, un petit bac traversait la Seine au niveau de l'actuel Pont Royal. C'est à celui-ci que la rue du Bac doit son nom. Il permettait de transporter les pierres nécessaires à la construction du palais des Tuileries extraites de la carrière de Vaugirard et transportées par des fardiers qui contournaient Paris par le faubourg Saint-Germain. Louis XIII, lors d'une promenade assista un jour à un accident du petit bac et décida la construction d'un pont pour le remplacer. Un pont en bois fut construit en 1635, le Pont Rouge nommé ainsi à cause de sa couleur. Mais cet ouvrage fragile fut plusieurs fois détruit et fut finalement remplacé en 1689 par un pont en pierre, le Pont Royal. (lire la suite)

Nos coups de cœur

Placeholder image
Placeholder image
Placeholder image