Du Pont Royal à Almain, promenade par la rue du Bac

Placeholder image

Au milieu du 16ème siècle, un petit bac traversait la Seine au niveau de l'actuel Pont Royal. C'est à celui-ci que la rue du Bac doit son nom. Il permettait de transporter les pierres nécessaires à la construction du palais des Tuileries extraites de la carrière de Vaugirard et transportées par des fardiers qui contournaient Paris par le faubourg Saint-Germain. Louis XIII, lors d'une promenade assista un jour à un accident du petit bac et décida la construction d'un pont pour le remplacer. Un pont en bois fut construit en 1635, le Pont Rouge nommé ainsi à cause de sa couleur. Mais cet ouvrage fragile fut plusieurs fois détruit et fut finalement remplacé en 1689 par un pont en pierre, le Pont Royal.

Face au Pont Royal, à l'angle avec la rue du Bac se trouve le restaurant la Frégate, nommé ainsi en clin d'œil au trois-mâts qui était amarré là et fut transformé à la fin du 19ème siècle en établissement d'hydrothérapie. On y prenait des bains dans de l'eau de mer transportée par le train jusqu'à la Frégate. La piscine Deligny, dont on voit de nombreuses vues à la fin du film de Rohmer La carrière de Suzanne, lui a succédé.

Placeholder image

Au n°1 de la rue du Bac, habitait le chevalier Charles de Batz de Castelmore, comte d'Artagnan immortalisé par Dumas. Un peu plus loin aux n°13-17, se trouve justement la caserne de la Garde royale qu'il commandait : la compagnie des mousquetaires gris, appelés ainsi en référence à la robe de leurs chevaux. La construction de cette caserne fut décidée par Louis XIV en 1659, jusqu'alors le logement des troupes incombait aux habitants des faubourgs de Paris. Le roi fit édifier, sur le site des halles Barbier, des bâtiments capables d'accueillir une centaine d'hommes et de chevaux. Les habitants du faubourg Saint Germain furent alors exemptés de l'obligation de loger les troupes mais durent fournir le mobilier de la caserne.

Placeholder image
Placeholder image

Les n°33-35 étaient l'emplacement du Petit Saint-Thomas, une échoppe dans laquelle travaillait comme chef de rayon un certain Aristide Boucicaut. Ce pionnier du commerce moderne créa, quelques centaines de mètres plus loin, le premier grand magasin: Au Bon Marché.